Claviers ergonomiques

Choisir un clavier ergonomique dans la foule des modèles présents sur le marché n’est pas une tâche facile, pas plus que choisir une souris ergonomique. Disons-le tout de suite : LE modèle parfait pour tout le monde n’existe pas, car tout le monde a des besoins et des exigences différents. Mais quelques conseils peuvent éclairer votre choix.

clavier ergonomique

Clavier ergonomique et canal carpien

  • Souffrez-vous d’un syndrome de la souris ou voulez-vous simplement améliorer votre confort ?
  • Quel temps êtes-vous prêts à consacrer pour l’habituation à votre nouveau clavier ?
  • Quelle part de votre vitesse de frappe êtes-vous prêts à sacrifier au profit d’un confort plus grand ?
  • Et bien sûr, quelle est la somme d’argent que vous êtes prêt à y mettre ?

Autant de questions auxquelles nous allons vous aider à répondre dans la suite de cet article.

Le top vente des claviers ergonomiques

Les claviers ergonomiques les plus populaires sur des sites de vente en ligne comme Amazon sont (survoler le lien avec la souris pour les infos sur le prix) :

Accéder à tous les claviers ergonomiques sur Amazon

Au-delà de l’aspect esthétique qui peut influencer votre décision, chaque clavier possède des avantages et des inconvénients que nous allons vous présenter.

Paramètres à considérer pour l’achat d’un clavier ergonomique

La grosse difficulté des constructeurs de claviers consiste à trouver des moyens d’améliorer votre confort sans faire baisser votre productivité. Tout changement d’ergonomie peut aboutir à une diminution de la vitesse de frappe et rendre un clavier pourtant non nocif parfaitement inutilisable. Nous considérerons pour notre part cinq grands paramètres à considérer pour l’achat d’un clavier ergonomique :

  • La largeur du clavier, qui détermine la position de la souris et donc de votre épaule.
  • La hauteur et l’inclinaison du clavier, qui influe sur la position de votre poignet et sur la circulation du sang dans votre avant-bras.
  • L’alignement des touches, qui influe également sur la position de votre poignet.
  • La pression et le ressenti lors de l’appui sur les touches, à l’origine de vibrations néfastes.
  • Le temps d’adaptation nécessaire à l’utilisation correcte du clavier.

Largeur idéale d’un clavier ergonomique

La largeur idéale d’un clavier ergonomique est celle qui permettra à vos avant-bras d’être en position physiologique à votre poste de travail, c’est-à-dire perpendiculaires à votre buste (et non pas tournés vers l’intérieur comme c’est le cas couramment). Cette contrainte peut amener à deux interprétations :

  • Les claviers idéaux sont les claviers en deux parties, indépendantes l’une de l’autre et pouvant donc être placées chacune en face des épaules. Le poids lourd dans cette catégorie c’est le Kinesis Freestyle Solo ci-dessous.

  • Les claviers idéaux sont les claviers en une seule partie mais moins large que les claviers traditionnels (typiquement sans le pavé numérique) afin que la souris, positionnée à droite du clavier (pour les droitiers), soit située juste en face de l’épaule. Le clavier I-Rocks est ainsi jusqu’à deux fois plus petit qu’un clavier normal.

Ces deux interprétations sont correctes, et il est difficile de les départager. L’avantage des claviers en deux parties est que vous pouvez généralement choisir la distance entre les deux, et donc rapprocher les deux parties quand vous utilisez la souris de façon à garder votre avant-bras toujours perpendiculaire à votre buste. Ces claviers sont évidemment plus chers que les claviers en une seule partie : si vous ne pouvez pas vous en payer un, essayez alors de choisir un clavier peu large, avec un pavé numérique intégré aux lettres (comme c’est le cas sur les ordinateurs portables).

L’achat d’un clavier sans pavé numérique n’est généralement pas une contrainte forte puisque peu de gens l’utilisent. Si vous l’utilisez quand même, vous pourrez toujours acheter un pavé numérique amovible que vous brancherez quand vous en avez besoin, comme celui-ci par exemple :

pavé amovible

Hauteur et inclinaison d’un clavier ergonomique.

Il existe à nouveau deux réponses à cette problématique.

La première consiste à choisir un clavier le plus plat et le plus fin possible, de manière à ne pas entraîner de cassure de poignet. Votre poignet tout comme votre avant-bras étant au niveau de votre surface de travail, un clavier épais vous obligerait à casser votre poignée pour surélever vos doigts et atteindre les touches. Un clavier tel que le TypeMatrix ou le Logitech UltraFlat ne présente pas ce défaut.

Il a également été remarqué qu’avoir les pouces en hauteur au moment de la frappe (les paumes légèrement tournées vers un intérieur au lieu d’être faces au sol) améliore la circulation sanguine au niveau de l’avant-bras.

C’est pourquoi il existe des claviers en forme de pyramide comme le Kinesis Freestyle Incline, surélevés en leur centre, descendants en pente douce jusqu’aux extrémités. Cette pente peut être fixe ou ajustable. Une étude scientifique (Zip et al, 1983) a montré que l’inclinaison la plus bénéfique se trouve entre 10 et 20°. Certains claviers comme le Microsoft Natural Keyboard dont l’inclinaison n’est que de 7° n’assure donc qu’une relaxation partielle des avant-bras.


Alignement des touches sur un clavier ergonomique

Deux problèmes d’ergonomie sont repérables sur les claviers classiques à propos de l’alignement des touches. Le premier est dû au fait que votre clavier est généralement centré devant vous. Vos épaules étant plus larges que votre clavier, pour pouvoir taper vous devez diriger vos avant-bras vers l’intérieur, en formant une sorte de V. Le problème est que les touches de votre clavier sont orientées perpendiculairement à votre buste, et ne sont donc pas dans l’alignement de vos avant-bras. Pour corriger cela, le comportement classique consiste à casser ses poignets vers l’extérieur dans une position inconfortable et douloureuse à la longue.

Ce problème peut être réglé par des claviers séparables en partie seulement, que l’on peut ouvrir en leur centre grâce à une charnière située à l’arrière du clavier. En réglant le degré d’ouverture de votre clavier, vous pouvez faire coïncider l’alignement des touches avec celle de vos avant-bras.

Ces claviers semblent moins profitables que leurs homologues complètement détachables car vos avant-bras sont tout de même tournés vers l’intérieur et non perpendiculaires à votre buste, mais ils constituent une bonne alternative.

Le deuxième problème concernant l’alignement de vos touches est que d’une rangée à une autre, les touches sont décalées. Vous remarquerez ainsi que sur votre clavier azerty, la touche “a” ne se trouve pas exactement au-dessus de la touche “q” mais légèrement décalée sur la gauche. Cette disposition, tout comme la disposition azerty, se voulait à l’origine optimale pour ne pas entremêler les tiges métalliques venant frapper les touches de nos anciennes machines à écrire. Évidemment, cette disposition devient inutile lorsque des humains l’utilisent. Lorsque vous pliez et dépliez vos doigts, ils ne se décalent pas vers la gauche. C’est pourquoi certains claviers ergonomiques ont adopté une disposition de touches orthogonale permettant un plus grand confort de frappe.

Pressions et vibrations lors de la frappe au clavier.

Les vibrations sont une source connue de blessures dans certains métiers de l’industrie, de la construction et du bâtiment. À une moindre échelle, la frappe au clavier entraîne des chocs et des vibrations répétés sur vos extrémités de doigts, se transférant ensuite à l’ensemble de la main. Il convient donc de faire attention au toucher de votre clavier ergonomique lorsque vous le choisissez.

Il n’existe pas réellement de toucher parfait : choisissez celui qui vous convient le mieux en essayant différents claviers. Il faut éviter que la pression nécessaire pour appuyer sur une touche soit trop forte, auquel cas vous fatigueriez vos doigts trop vite, ou trop faible, auquel cas le choc en bout de frappe serait plus violent, et vous ne bénéficierez pas du mécanisme de ressort qui permet de repousser automatiquement vos doigts. Une solution pour réduire les chocs consiste à prolonger la course de votre doigt même après que le contact électrique a été fait. Cette solution est mise en application sur certains claviers ergonomiques.

Temps d’adaptation nécessaire à l’utilisation d’un clavier ergonomique.

Le temps d’adaptation peut varier grandement en fonction du clavier choisi. Ici, c’est à vous de décider si vous souhaitez un faible temps d’adaptation pour retrouver tout de suite votre productivité tout en ayant augmenté un peu votre confort, ou si vous êtes prêts à sacrifier deux-trois jours de productivité pour obtenir un gain de confort et de sécurité important tout le reste de votre vie.

Plus le clavier ergonomique ressemble à un clavier normal, moins vous mettrez de temps à vous y habituez. Il s’agit par exemple des claviers ergonomiques ultraplats, peu larges, ou à alignement orthogonal des touches. Les claviers séparables en deux parties, les claviers inclinables du centre vers la périphérie et les claviers 3D vous demanderont un temps plus grand d’adaptation.

Enfin, n’oubliez pas que sans même changer de clavier, vous pouvez changer la configuration azerty de vos touches pour la configuration bépo, une configuration optimisée pour la langue française et vos articulations.

Retrouvez l’ensemble des claviers ergonomiques testés.

7 Responses to “Claviers ergonomiques”

Read below or add a comment...

  1. Bépo projet says:

    Il existe plusieurs idées :
    – le projet bépo http://www.bepo.fr avec un aspect propédeutique du français.
    La disposition permet de taper œ æ Œ Æ É È et plein d’autres caractères.
    Il disponible sur des claviers en quinconce ou avec des rangées alignées.
    Il est possible de l’utiliser à l’aveugle ou en collant des étiquettes.
    Pour les effets sur les troubles musculo – squelletiques, voir directement le site.

  2. adrien says:

    Ce serait bien de parler du Maltron 3D, du Datadesk Smartboard et du Data Hand…

    • Stéphane says:

      Bonjour,

      je ne peux pas tout tester et essayer moi-même. Si vous avez déjà eu ce matériel entre les mains, ce serait génial pour les autres internautes si vous pouviez écrire deux mots dessus. N’hésitez pas à me contacter.

  3. Marc says:

    Merci pour votre article très complet, mais je n’arrive pas à faire un choix. D’un côté le clavier séparable me semble le plus logiquement adapté à la douleur qui commence à s’éveiller dans mon poignet, puisqu’il va me permettre de ne pas casser mon poignet, d’un autre… j’ai l’impression que les touches demanderont une pression plus importante que sur mon mac book air… Je ne sais vraiment pas quel clavier choisir. Savez-vous où on peut les tester avant de faire un choix ? Y a-t-il des utilisateurs ici conquis par un modèle en particulier ? Merci encore !

    • Stephane says:

      Bonjour,

      non je ne connais pas d’endroits avec plein de modèles à tester. Ce que je fais c’est que je commande sur Amazon et je renvoie ce qui ne va pas (30 jours pour renvoyer, et le renvoi est souvent soit gratuit soit très peu cher (1€)).

  4. alan says:

    bonjour je suis un joueur régulier de jeux vidéos et je joue la plupart de mon temps au clavier je joue actuellement sur un clavier konix drakar et je sens parfois une douleur au dessus de ma main je compte passer sur un clavier cooler master masterkeys mais je voulais savoir si un modèle de clavier était plus adapté à ma main car pour moi c’est vraiment douloureux et c’est vraiment gênant et handicapant. La douleur est atténuée quand je suis sur le clavier de mon pc portable qui propose des touches assez basse et c’est la dessus que je me sens le plus à l’aise je voudrais donc savoir si vous pouviez me proposer un clavier adapté à mes besoins pour pas trop chère (j’aimerais essayer sans me ruiner et investir plus tard dans un matériel plus cher.

    merci beaucoup

  5. kiki morsin says:

    please visit our web, we provide updated and hottest information, Come

Laisser un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*